Destruction organisée de notre Patrimoine

Un meurtre prémédité et programmé

L’un des symboles métaphoriques de la négation de notre passé Audengeois est le meurtre de l’ancienne pharmacie. C’est cette belle bâtisse au style architectural de notre bassin d’Arcachon situé à côté du château d’eau en entrée de ville.

Assassinat prémédité et programmé, car un projet similaire avait été bloqué juste avant les élections municipales. L’identité Régionale, Territoriale, Communale sont des êtres vivants portant notre héritage. Raser, détruire cette maison si particulière c’est mutiler toute une communauté, commettre un meurtre.

C’est ce même sentiment de détresse et de découragement que ressentent les Audengeois, tout comme les Français de toute confession, de toute origine, et bien au-delà de notre nation, ont éprouvé en voyant bruler Notre Dame de Paris.

Le fondement de notre programme « pour un Audenge authentique » est notre signature. Elle est toujours d’actualité, car moderne et porteuse d’espoir.

Mais ce qui est impardonnable, ici à Audenge, est que le meurtrier est une personne élue par le suffrage universel : le Maire.

L’autoritarisme communal au pouvoir nie la pensée de l’autre qui est considéré comme un ennemi.

Le saviez-vous ? Cette maison est la sœur architecturale de la villa Isabelle ? (Isabelle Lebrun, de la famille ex-propriétaire et pharmacien.)

Le saviez-vous ? C’est cette famille qui inspira le roman de Francois Mauriac « Thérèse Desqueyroux ».

La démocratie républicaine c’est aussi et surtout respecter et préserver le patrimoine architectural et environnemental, voir civilisationnel.

Quand Mme le maire appelle « À valoriser » pour vendre ou abattre, nous préférons entretenir et rénover pour préserver et transmettre.

Nous soutenons tous les collectifs et associations qui ont cette approche. C’est pour cela que Audenge Autrement a déposé un recours auprès du Tribunal Administratif de Bordeaux pour empêcher sa destruction.

« La tradition n’est pas le culte des cendres mais la préservation du feu » Gustave Malher.

Soyez vigilants, soyez en alerte, merci de nous soutenir.